Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retrouvez-nous sur scène...

Juste de l'autre côté

Au festival de Rouen-Normandie du livre jeunesse

Les 2, 3 et 4 Décembre 2016

http://www.festival-livre-rouen.fr/

 

 

Recherche

Contacts

logotheatre

 

Studio de travail

15 bis rue Dumont d'Urville 14000 Caen

  

Email

theatre-du-signe@wanadoo.fr

 

Site

www.theatredusigne.com

 

Téléphone

06.23.43.97.07

 

Collaborateurs artistiques
Sylvie Robe
Marco Bataille-Testu

 

Diffusion

Hélène Ardit

06 13 06 10 91

 

Service civique communication

Adèle Maestrali

 

 

 

logoEdition

Collaborateur artistique
Sylvie Robe

 

Email

editions.faismoisigne@gmail.com

 

 

 

Facebook

www.facebook.com/pages/Association-du-signe/165355918371

 

 

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 14:20
Une histoire de famille presque sans histoire...

Spectacle tout public à partir de 8 ans




Service Culturel de Gisors 27

Vendredi 2 octobre 2009 10h00/19h00
Théâtre de Lisieux 14
Mardi 9 février 2010 14h30/20h30
Jeudi 11 février 2010 10h00/14h30

Théâtre de Saint-Lô 50
Mardi 9 mars 2010 20h30
Mercredi 10 mars 2010 14h30









Vidéo disponible sur le site http://theatredusigne.org
Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Tournées
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:53

- Bibliothèque municipale de la Ferté Macé, Espace cult. du grand Turc, Vendredi 11 décembre 2009, 20 heures.
Informations et réservations au 02.33.37.47.67.
 
- Médiathèque de Falaise, Samedi 6 février 2010, 15 heures.
Informations et réservations au 02.31.41.65.45.

- Bibliothèque de Mondeville, Jeudi 6 mai 2010, 20 heures.
Informations et réservations au 02.31.34.23.63.


- BDP Orne,

      -Médaithèque d'Argentan, Mardi 25 mai 2010, 20 heures 30.
      Informations et réservations au 02.33.67.02.50.

      -Bibliothèque intercommunale de la Région de Gacé, Mercredi 26 mai 2010, 20 heures 30.
      Informations et réservations au 02.33.28.58.93.

      -Bibliothèque de Valframbert, Jeudi 27 mai 2010, 20 heures 30.
      Informations et réservations au 02.33.29.08.34.

      -Bibliothèque du Pays Mêlois à Le Mêle-sur-Sarthe, Vendredi 28 mai 2010, 20 heures 30.
      Informations et réservations au 02.33.28.58.93. 
        










Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans lecture musicale
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 14:29
Le Pêcheur de sons dès 6 ans



Saison 2008/2009
Culture à l'hôpital
18 novembre 2008 CHU de Caen service Pédiatrie (14)
19 novembre 2008 CHR de Caen service Pédiatrie (14)
3 décembre 2008 Centre hospitalier Lisieux service Péidatrie (14)
14 janvier 2009 Centre de médecine Physique Ferté-Macé (61)
24 mars 2009 Centre Hospitalier spécialisé  de Caen secteur enfant (14)
13 mai 2009 Centre hospitalier Cherbourg-Valognes service Pédiatrie (14)
Bibliothèques
16 mai 2009 bibliothèque Hérouville Saint-Clair section jeunesse (14)

Saison 2009/2010
Culture à l'hôpital
29 Septembre 2009 Centre hospitalier de Bayeux service Pédiatrie (14)

Tournée en cours d'élaboration
Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Tournées
commenter cet article
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 15:39


L'équipe du Théâtre du Signe vous invite à découvrir son site

Cliquer sur link

Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Dernières nouvelles
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 12:22

Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Les petites absences
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 10:00

Les Petites Absences
Une histoire de famille presque sans histoire
Spectacle tout public à partir de 8 ans

Arts vivants (théâtre-musique) et nouvelles technologies



Saison 2009-2010
Service culturel Gisors 27
Vendredi 2 octobre 2009 14h30/20h30
Théâtre de Lisieux 14
Mardi 9 février 2010 14h30/20h30
Jeudi 11 février 2010 10h00/14H30
Théâtre de Saint-lo 50
Mardi 9 mars 2010 20h30
Mercredi 10 mars 2010 14H30

Saison 2008-2009
Comédie de Caen CDN de Normandie
(14)
mardi 16 décembre 2008 à 14h30/ 20h30
mercredi 17 décembre 2008 à 19h30
jeudi 18 décembre 2008 à 14h30 / 19h30
Vendredi 19 décembre 2008 à 10h00 et 14h30

Le Préau Centre Dramatique régional de Vire (14)
Mardi 20 janvier 2009 à 14h15 et 20h30
Jeudi 22 janvier 2009  à 10h00 et14h15
Vendredi 23 janvier 2009 à 10h00 et 14h15

Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Tournées
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 16:13
LES PETITES ABSENCES

Le monde c'est pas du gâteau, c'est pas une partie de rigolade, Cyprien sait ça. Le monde, un coup de pied dedans et la grosse pagaille que ça fout partout, que ça éclate et qu'on n'y voit plus rien et que ça cogne les têtes et les pieds tête en l'air et cul par dessus tête des crapauds qui s'enveniment de grosses pustules des maladies de peste qui rentrent partout dans nez oreilles et trou du cul et que ça meurt comme les mouches qui tombent avec le pshittt et partout des tapis de mouches et que tout est foudroiement de colères rouges.

Sylvie Robe
En création
LE PRÉAU CDR DE VIRE
du 1er au 13 septembre 2008


LA COMÉDIE DE CAEN CDN DE NORMANDIE
du 27 octobre au 14 novembre 2008
du 8 au 13 décembre 2008

Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Les créations du Théâtre du Signe
commenter cet article
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 15:23
RENCONTRE ARTISTIQUE
Au Cube LE CUBE - ART3000 : 20, Cours Saint Vincent 92130 Issy-les-moulineaux
Tél. 01 58 88 3000 Fax. 01 58 88 3010
E-mail : contact@art3000.com


Le Théâtre du Signe en résidence au CUBE ART3000 vous invite,
Le jeudi 26 juin 2008 à 15h30  
 à la présentation du projet de création "Les petites absences"
Tâtre - danse - vidéo - nouvelles technologies
Tous public à partir de 8 ans





Cyprien et Ninon sa petite sœur nous entraînent dans leur univers à la fois fantasque et joyeux, grave et plein d'humour en attendant le retour de l'être cher. C'est l'histoire d'une famille presque sans histoire. Chaque jour, apprendre à grandir, faire face et vivre. Avec cette prochaine création, le théâtre du signe poursuit son travail d'exploration d'une thématique, cette fois-ci l'absence, en résonance avec l'univers de l'enfance.  


Metteur en scène: Marco Bataille-Testu Auteure : Sylvie Robe Compositeur : Alain Bonardi
Création vidéo : Nicolas Girault  Costume : Fanny Mandonnet   Scénographie : Laurent Mandonnet Distribution :  Stéphane Pelliccia - Sylvie Robe - Lolita Espin Anadon - Corinne Basseux


Une production du Théâtre du Signe, en coproduction avec Le Centre Dramatique National de Normandie (14) - Le Centre Dramatique Régional "Théâtre Le Préau" (14) - L'Ensemble Orchestre de Basse-Normandie (14), du Conseil Général du calvados (14) – du  Conseil Régional de Basse-Normandie – de La ville de Caen –d e la DRAC de Basse-Normandie (14) , en partenariat avec le CUBE centre de création numérique  (92)– l’IRCAM (75)

Dessins Fanny Mandonnet


Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Résidence
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 10:52
Depuis plusieurs mois, je suis les répétitions du spectacle Les Petites absences de la compagnie du Théâtre du Signe.  Répéter, questionner, soumettre les idées au plateau… Je découvre l’évolution du projet au fur et à mesure, je vois les différentes écritures se formuler, s’échanger.

L’idée du spectacle : travailler autour de la question de l’absent, en mêlant aux différentes pratiques scéniques (texte, théâtre, danse, musique), l’intervention de la technologie numérique. Mais comment ? Pourquoi ?
L’hybridation des arts, la pluridisciplinarité, le mélange des disciplines…sont des termes que l’on emploie fréquemment pour définir les créations artistiques actuelles. La technologie : vidéo, hauts parleurs etc. envahie les scènes du théâtre contemporain comme expérience d’un lien esthétique avec la machine. Les frontières entre les arts et l’informatique semblent devoir céder pour se tenir au plus près du discours actuel sur l’homme, encerclé par la technologie. L’expérience est intéressante et chacun s’y attelle à son gré, selon ses questionnements, ses aspirations.

Ici, le Théâtre du Signe choisit de se soustraire au spectaculaire, de remettre l’humain au centre du travail et d’user de l’informatique comme d’un assistant à la mise en scène. Il développe ainsi un nouveau logiciel basé sur une « intelligence artificielle ». L’intelligence artificielle ? Un dessein ni diabolique, ni spielbergien, rassurons-nous, mais l’intention d’utiliser différemment les liens entre l’homme et la machine, à l’heure où les technologies nous submergent. Plutôt que d’écraser l’acteur sous de multiples écrans et hauts parleurs, pourquoi ne pas le pousser à un retour sur soi, sur sa propre présence, grâce aux ordinateurs ?… Le comédien ainsi conscient, mais distancié de lui-même, renouvellera sa manière d’être là sur le plateau.
Ces travaux m’ont particulièrement interpellé, de part leur singularité tout d’abord, et par cette manière de s’emparer d’outil a priori déshumanisé pour interroger des questions fondamentales sur l’homme, à savoir l’absence à soi et aux autres. Ainsi, en convoquant diverses écritures comme celle du texte ou de la danse, la compagnie tente de transcrire différentes façons d’exprimer l’absent, l’autisme.

Cette interrogation sur les technologies me touche d’autant plus qu’elle s’impose dans la continuité de mes recherches universitaires. Dans une comparaison historique, entre l’émergence des nouvelles technologies au théâtre au début du XXe siècle, et le projet actuel de la compagnie, on constate une inversion véritable causale. Quand la spectacularisation au service d’un idéal politique, idéal de regroupement des masses populaires avec J.R Bloch en France, de lutte sociale dans l’Allemagne de Piscator et Brecht, s’érigeait dans la première partie du XXe siècle, on constate qu’aujourd’hui c’est le retour à l’acteur qui prime. L’individu déshumanisé face à la machine retrouve sa place grâce à elle. Vision raccourcie sans doute, mais l’idée est là.

L’utilisation des technologies au théâtre évolue inévitablement avec la société, les dramaturges et metteurs en scène ne pouvant faire abstraction de leur époque. Si, en 1937, convoquer des hauts parleurs, radio, écrans de cinéma etc. sur scène revient à s’approprier des « nouvelles » technologies, et donc à bousculer un mode de représentation, cela est presque devenu normal en 2007-2008. La nouveauté n’est donc plus à chercher dans le cinéma, la radio, bref, la technique en elle-même, mais dans l’utilisation qui en est faite. Entre la volonté de déranger le spectateur par l’intrusion d’outils inhabituels sur le plateau, et l’utilisation d’objets intrinsèques à notre quotidien, une différence s’impose.

 Qu’en reste-il de l’homme ? Noyé dans une mécanisation collective chez l’un, amené par à se retrouver lui-même chez l’autre. Peut-être faudrait-il alors s’interroger sur le devenir du corps et de ses émotions dans notre société hautement technicisée. Dans les écrits de Jean-Richard Bloch, on trouve l’espoir d’un renversement où la machine serait enfin au service de l’homme et non plus la raison de son avilissement. Aujourd’hui, cette volonté se retrouve dans les recherches de la compagnie, quand elle place l’acteur au centre de la scène. Loin d’une spectacularisation où l’image vidéo surplomberait l’humain, le Théâtre du Signe s’interroge sur la capacité de l’informatique à créer de nouvelles déclinaisons à l’image première, émanant du comédien. La machine ne contrôle pas, elle induit d’autres langages.

Les idées fusent, plaisent, déçoivent, se contredisent. Le temps du laboratoire permet l’interrogation, le regard sur les utilisations passées et les éventuels travaux futurs. L’équipe pose ses doutes et élabore ses réponses autour de cette question de l’absence, de l’autiste à relier au monde.

Etre en regard sur un tel projet me permet de comprendre les problèmes, les interrogations d’une équipe en création. Assister à la mise en forme d’un spectacle offre une autre approche de la théâtralité, différente de la seule vue du projet fini présenté sur une scène.


SORAYA BRIÈRE ETUDIANTE EN ARTS DU SPECTACLE UNIVERSITÉ DE CAEN


Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Création en cours
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 16:13
Les petites absences


Prologue   -Il faut du temps
On entend d’abord la voix de Cyprien puis il apparaît et vient parler au public à l’avant-scène. Il a sûrement des écouteurs, un casque sur la tête. Il est maintenant adulte. A la fin du prologue, il va prendre sa place sur le plateau, il a alors treize ans.

Cyprien

-Allô, vous me recevez ? Cinq sur cinq ? Ok ! C’est moi, Cyprien, je vous parle de la planète Terre où je suis né . Mon père Jason Licare, ma mère, Hélèna et ma petite sœur, Ninon qui dit toujours non.
Pour l’instant, je ne suis pas encore parti dans le néant, pchitt !
 J’ai appris à dire « je »quand  je parle de moi. L’enfant Cyprien, il ne pouvait pas. Dur, dur pour faire sortir ce je-moi du corps Cyprien.
Les autres, ils disent : -Ils meurent jeunes quand ils naissent comme ça. Je l’ai entendu, des mots-couteaux au ventre de maman.
Surtout, il ne faut pas s’inquiéter pour le néant, c’est comme avant la naissance, et personne ne s’inquiète avant d’être né, non ?Alors pourquoi avoir peur de mourir ?
La vie ? Une poignée de temps, pchittt !
Il suffit de regarder les étoiles pour savoir ça.. Maintenant, moi, Je suis adulte mais j’ai encore beaucoup de mal à comprendre les autres. Ils disent une chose, en font une autre. Je préfère observer le ciel et réfléchir aux étoiles qui brillent alors qu’elles sont mortes depuis…Oh, des milliers d’années.
Les humains, c’est pareil, ils continuent d’être de petites lueurs après leur mort.
Vous savez où il est  possible d’observer ces lueurs, vous ?  
C’est le genre de question que je me pose, oui…
Je voudrais dire aussi  qu’on peut être triste et heureux à la fois, certains pleurent de rire, on ne dit jamais qu’ils rient de pleurer, et pourquoi ? Il faut du temps pour réfléchir à tout ça. Il n’y a pas toujours une solution à trouver comme pour un problème de mathématiques. Lorsque  je suis agité, en colère, à cause d’une solution que je ne trouve pas, je cherche à observer une chose très petite comme une fourmi par exemple, et une autre très grande, comme le ciel, ensuite je ferme les yeux et je laisse la fourmi se promener dans le ciel et ça me calme.

Sylvie ROBE
Repost 0
Published by Sylvie Robe - dans Les petites absences
commenter cet article