Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retrouvez-nous sur scène...

Juste de l'autre côté

Au festival de Rouen-Normandie du livre jeunesse

Les 2, 3 et 4 Décembre 2016

http://www.festival-livre-rouen.fr/

 

 

Recherche

Contacts

logotheatre

 

Studio de travail

15 bis rue Dumont d'Urville 14000 Caen

  

Email

theatre-du-signe@wanadoo.fr

 

Site

www.theatredusigne.com

 

Téléphone

06.23.43.97.07

 

Collaborateurs artistiques
Sylvie Robe
Marco Bataille-Testu

 

Diffusion

Hélène Ardit

06 13 06 10 91

 

Service civique communication

Adèle Maestrali

 

 

 

logoEdition

Collaborateur artistique
Sylvie Robe

 

Email

editions.faismoisigne@gmail.com

 

 

 

Facebook

www.facebook.com/pages/Association-du-signe/165355918371

 

 

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 11:02




Histoire de Petit Paul

création 2003

Mise en scène : Arzela PRUNNEMEC, Texte et jeu : Sylvie ROBE , Scénographie et infographie : Nicolas Girault, Conception lumière : Stéphane BABI AUBERT, Peinture et dessin : Caty BANNEVILLE, Vidéo : Ariane DAMAIN -VERGALLO, Costumes : Fanny MANDONNET, Musique/sons et jeu : Sylvain DIAMAND


Histoire de Petit Paul, c’est en premier lieu un texte qui n’a pas été écrit spécifiquement pour le théâtre puisqu’il revêt la forme d’un conte métaphorique : Un enfant marche sur la terre. D’où vient-il ? Nul ne le sait. Fuit-il ? Peut-être, mais rien ne nous permet de l’affirmer avec certitude. Ce que l’on sait de lui, c’est son nom : Petit Paul. Il est seul, il marche et sa tête bourdonne parfois du bruissement d’une très ancienne mélodie, le legs du passé de Petit Paul, sa richesse. Enfant pérégrin dont le périple est constitué d’épreuves et de rencontres comme il se doit dans tout voyage initiatique, dans toute métaphore de la ligne de vie. Ces compagnons de hasard aux d’oiseaux, d’arbres ou de nuages, les épreuves seront de corps, d’esprit et de cœur. Petit Paul a à charge de faire marcher ses jambes au rythme de ses pensées pour tracer peu à peu les méandres d’un chemin.

PARTENAIRES : Conseil Régional Basse-Normandie / DRAC Basse-Normandie / Conseil Général Calvados /Conseil Général de la Manche / Ville de Caen /  ENPSA le Préau / Caisse des dépôts et consignations /
Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Les créations du Théâtre du Signe
commenter cet article
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 14:56

Sylvie ROBE
sylvierobe@wanadoo.fr
Responsable artistique du Théâtre du Signe
Auteur - comédienne

RESPONSABLE ARTISTIQUE ET PEDAGOGIQUE

2005-2004 
Anime des ateliers d’écriture pour des enfants de collège, de classes maternelles et primaires
Élaboration du projet « l’escargot n’a pas froid aux yeux surtout quand il est amoureux
Poursuit le travail pédagogique avec l’Orchestre, Ensemble instrumental de Basse-Normandie
2004-2003   
Anime des ateliers d’écriture à la Maison d’arrêt de Caen
2003-2002
Conçoit et coordonne un programme pédagogique en direction des écoles primaires pour l’Orchestre, Ensemble instrumental de Basse-Normandie
2001-1997
Secrétaire générale du CDNEJ Le Préau (Centre Dramatique National pour le jeune public)
Mise en œuvre de lectures musicales pour les musées, bibliothèques, lieux du patrimoine.
1997
Projet d’étude pour la mise en place d’un festival et d’un institut Théâtral dans le cadre de la formation : Certificat européen en administration de Projets culturel Bruxelles.
1996
Communication relation publique Papillon Noir théâtre
1992 - 1991
Création du théâtre du Signe
1987
Relations publiques théâtre en seine, festival d’Avignon, théâtre Samovar Paris

AUTEUR

2007-2006   
« Les secrets  d’Adélaïde », commande du Musée de Normandie,
« Les petites absences » en cours d’écriture,
« Le pêcheur de sons », conte musical
2005-2004    
« l’Escargot n’a pas froid aux yeux surtout quand il est amoureux »
2004-2003   
« L’arbre à musique ou les aventures de Séraphine » conte musical pour l’Orchestre, Ensemble instrumental de Basse-Normandie,
« Les Voix sans soif »
2003-2002   
« La poupée de Lola » conte musical pour la Maison de la musique Hérouville Saint-Clair
2002-2001   
« Histoire de Petit Paul » pour le Théâtre du Signe
« Odes au père mort, notes et gammes, états d’âme » , poésie

COMEDIENNE

2006-2005   
In « L’Escargot n’a pas froid aux yeux,surtout quand il est amoureux
In « Les secrets d’Adélaïde »
2005-2004   
In « L’Arbre à musique ou les aventures de Séraphine »
2003-2002   
In « Histoire de Petit Paul »
In « Ensorcelée de Barbey d’Aurevilly » rôle de Jeanne Madelaine
1992-1991   
In « Lettres Portugaises » de Guilleragues, rôle de Marianne
Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Qui sommes nous
commenter cet article
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 13:40



Repost 0
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 11:30

MEDIATION ARTISTIQUE

« La médiation s’envisage comme étant un accueil des artistes dans des espaces éducatifs scolaires ou socioculturels mais également comme étant un accueil du public enfant dans les espaces où évoluent les artistes (théâtre, lieu de résidence sur les temps de créations). »



Avec les petites absence, le Théâtre du Signe poursuit son travail de création en direction de l’enfance et des publics familiaux. Parallèlement à la production et la diffusion de ses créations, le Théâtre du Signe mène un travail de médiation artistique en milieu scolaire, de pédagogie et de formation en partenariat avec l’éducation nationale dans le cadre d’ateliers de jeu dramatique et d’écriture. Sa volonté est d’ouvrir cette démarche dans des espaces socioculturels.

Ce projet de poursuivre des rencontres de médiation artistique en milieu scolaire et dans des espaces socioculturels est né du désir de créer une relation entre une œuvre artistique qui conjugue plusieurs arts : théâtre, danse, musique, technologie et le public enfant.

Cette approche originale offre un espace où les enfants s’interrogent, donnent du sens, tissent du lien autour du travail des comédiens et de la démarche artistique.

Pour donner vie à cette médiation, des ateliers seront proposés aux enfants pour permettre la rencontre, l’expérimentation de la démarche artistique qui se dessine lors de la création du spectacle.

Ces échanges offriront la possibilité aux enfants de rencontrer l’équipe artistique lors de répétitions et d’assister à une représentation).

Ces explorations artistiques se déroulent dans le temps réel de la création, les interrogations, les productions des enfants pourront être la toile de fond d’une introduction au spectacle : Les petites absences.
Repost 0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 16:13




Marco BATAILLE-TESTU
Codirecteur du Théâtre du Signe
Comédien – Metteur en scène

marcobt@wanadoo.fr


Itinéraire

Très tôt Marco quitte les bancs de l’école avec en tête le grand rêve de naviguer. Il se retrouve dans la marine qui ne correspond pas tout à fait à l’idée qu’il se faisait du voyage en mer. Il troque alors planches des ponts des navires pour celles des théâtres. Sa rencontre avec le Théâtre d’Ostrelande sera décisive, durant une dizaine d’années. Il sera comédien dans nombre de créations.

« Arsenic et vieilles dentelles » de Joeph KESSERLING
« Salomé » d’Oscar WILDE
« L’Arbre des tropiques » de MISHIMA
« La buanderie » de David GUERDON
« Bruits dans la ville » de Jean TARDIEU
« Les carnets de Junko » de François. CERVANTES
« Le chapiteau des tentations » Gustave Flaubert


1991

Cofondateur du Papillon Noir Théâtre avec Charly Venturini, il est administrateur et développe plusieurs projets de formation longue durée aux métiers du spectacle. En parallèle, il se sera comédien dans des spectacles mis en scène par Charly Venturini:

« Le premier » Israël HOROVITZ
« Très ou la danse du Bagual» Gustave FLAUBERT
« Bouvard et Pécuchet » Gustave FLAUBERT
« Club » OENSBRÖ
« Opéra Candide » VOLTAIRE
« Yerma » Garcia LORCA Théâtre des Chimères
« Monsieur bonhomme et les incendiaires » Max Frisch Mélodie Théâtre
« Te hakamanu » Théâtre du Signe


2000

Le nouveau millénaire l’amène à prendre un nouveau tournant, à la surprise générale, il reprend le chemin de l’école, met les bouchées doubles et DESS en obtient un administration des entreprises. Parallèlement, Il joue dans :

« Sans famille » MALOT mise en scène E.de DADELSEN Théâtre du Préau CDNJE
« La double inconstance » MARIVAUX, mise en scène Annie PICAN Théâtre de la Rampe
« Prométhée enchaîné »  BAUCHAUD, mise en scène Benoît THEBERGE Zéro Théâtre


2003

Il devient co-directeur du Théâtre du Signe avec Sylvie ROBE après avoir soutenu cette équipe de manière informelle durant plusieurs années. Particulièrement intéressé par l’apport des nouvelles technologies dans le spectacle vivant, il suit une formation d’acteur sur l’interaction entre acteur et machines sous la direction de Daniel DANIS.


Il signe sa première mise en scène avec « L’Escargot n’a pas froid aux yeux surtout quand il est amoureux". Il travaille actuellement à l’élaboration de la prochaine création du Théâtre du Signe : « Les petites absences » tout en poursuivant sa carrière de comédien, dernièrement avec le Théâtre du Globe, dans Richard III


 

Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Qui sommes nous
commenter cet article
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 17:25

NOUVELLES TECHNOLOGIES POUR LA CREATION



Nous souhaitons inclure dans le travail d’écriture dramatique spécifique des technologies transparentes scéniquement
c’est à dire non identifiables de prime abord, mettant l’acteur au centre de celles-ci.

Afin que ces outils  deviennent une extension du corps, de la voix et du jeu de l’acteur, un entraînement régulier mêlant explorations et pratiques, est nécessaire. Cela sous-entend que ces outils préexistent ou sont développés avec l’acteur. Condition essentielle pour que l’acteur puisse se confronter  et intégrer ses intuitions de jeux aux interfaces technologiques.

Cela exige

Un temps de production non superposable au temps d’appropriation de ces outils.
L’association intime à  l’écriture du spectacle des artistes.
Des acteurs, danseurs, musiciens ayant une pratique de ces outils.
L’expérimentation et appropriation de ces outils par tous les corps de métier intervenant sur l’espace scénique.
 
Profondément ancré dans un questionnement de l’acte scénique et théâtral en direction du jeune public, ce projet est conçu comme une démarche à long terme.
Repost 0
Published by Sylvie Robe - Marco Bataille-Testu - dans Nouvelles technologies
commenter cet article
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 16:27

Chaque création du Théâtre du Signe prend son ancrage dans le désir de se "coltiner" à telle ou telle question existentielle et de trouver la forme et les moyens propres à développer les enjeux de cette question auprès des enfants.


Il ne s’agit pas de produire une réponse univoque, mais plutôt, par le biais de l'imaginaire et de la poésie, d’éclairer l'espace possible de ce questionnement et de le mettre en jeu.
En créant ses spectacles tout public.

LA COMPAGNIE SOUHAITE :


Produire du sens, hors des stéréotypes véhiculés par la télévision, les publicités, les codes sociaux.

Provoquer des émotions, des sensations d'ordre esthétique et philosophique, ludique et physique.

Chercher comment et avec quels outils le spectacle vivant rend compte et interroge notre condition d'être humain, vivant aussi dans un espace mental, imaginaire et symbolique.

Ouvrir et questionner, plutôt que répondre.

Arpenter le champ poétique, semer, labourer, contempler, cueillir et partager les récoltes.

Pour son nouveau spectacle, le théâtre du signe souhaite travailler, autour du thème de «l’absence ». Interroger la distance, l’écart émotionnel entre le « être là » et ce qui «a été là ».Le pourquoi de cette absence. L’absence de qui, de quoi ? Ce qui a été présent ? Interroger les traces de cette présence, odeurs, sons, empreintes en creux du réel, nos fantômes, ce qui nous hante, ce qui nous tente, mais que l'on ne voit pas.Oubli de soi. Tension entre présence et disparition.

La dimension subversive de l'absence qui dérange l'autorité, on ne peut avoir de prises sur celui qui est absent, qui trouve refuge dans sa tête, dans son imaginaire, qui s'échappe.
Mais aussi les traces que laissent les absents, ceux qui s'en sont allés pour toujours et qui reviennent chatouiller la mémoire des "présents"

Apparaît l’Absent Numérique. : LAB100

Nous en venons à nous poser la question de sa présence. En tout cas celle-ci devient de plus en plus évidente. Sa forme et ce qui le constitue  se rapprochent de la notion d’esprit.
Il voit, il entend ce qui se passe sur scène et peut manifester sa présence par des actions ou des signes dans l’espace dramaturgique.

LAB100 est doté d’une mémoire active lui permettant d’évoluer dans la sphère de jeu du performeur, de manière de plus en plus fine, sophistiquée. Cette mémoire est constituée de la captation de l’ensemble des répétitions, de la composition musicale, de visuels vidéo, images émanant du plasticien mais aussi du public. LAB100 devient donc à la fois partenaire de jeu, extension du corps de l’acteur et partenaire d’écriture. À l’intersection de toutes les écritures.

Lors des répétitions, sa présence exigera une implication totale de l’acteur et du metteur en scène engagés dans un combat où le langage, la sphère de jeux, le texte vont s’accorder, se trouver s’enregistrer.

C’est le premier temps d’apparition de LAB100. Il crée de l’ici et maintenant, de l’ultra-présent. Chaque segment de mot, de voix, de corps venant s’inscrire dans une vaste mémoire toujours réactivée par la présence de l’acteur en jeu.

Puis peu à peu il se fond et s’oublie dans la répétition, accumulant les traces de l’acteur ses errements, sa voix, son corps et peu à peu, avec le metteur en scène et le développeur, se crée une complicité, une sympathie avec le performeur.

Enfin il révèle l’acteur lui-même, comme une image de l’être absent nous renvoie à notre actualité immédiate, modifiant notre présent par la réactivation d’un temps révolu qui continue d’agir sur notre environnement affectif, social. Les moyens de cette révélation de l’acteur à lui-même sont constitués de micro évènements basés sur l’interprétation de ce qui se passe sur scène maintenant au regard de ce qui a été, et que LAB100 génère de manière autonome.

La puissance d'évocation du son, des paysages sonores, de la musique nous a conduit tout naturellement à souhaiter qu'un compositeur accompagne ce nouveau projet. Afin que sons et musiques scandent, prolongent, initient, fassent écho au propos dramatique, Alain BONARDI écrira la partition originale de ce spectacle que nous souhaitons voir jouée par des musiciens au plateau.

L'image, dans sa valeur onirique, dans son champ poétique plutôt qu'illustratif, mais aussi dans sa dimension scénographique sera aussi convoquée et mise à l'épreuve du plateau avec la présence de Nicolas GIRAULT, compagnon de route du théâtre du signe depuis toujours.

Le compagnonnage autour de la danse et du mouvement, initié avec notre précédent spectacle L'escargot n'a pas froid aux yeux surtout quand il est amoureux,    se poursuit avec Lolita Espin-Anadon, tant il nous semble opportun de conjuguer la parole et le corps dans le cadre de notre quête.

Sylvie Robe questionnera l’écriture dramaturgique

Marco Bataille-Testu mettra en scène

Repost 0
Published by Sylvie & Marco - dans Les petites absences
commenter cet article
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:49



BIBLIOGRAPHIE DE L'ESCARGOT



Pour les plus petits : albums illustrés

Croissant de lune de Wolf Fried éditions Nord Sud 92

Deux gouttes d'eau salée de Rémi Courgeon éditions Mango jeunesse

Dans les yeux d'Henriette de Virginie Jamin les albums Duculot

Grand-Père de Gilles Rapaport les albums Circonflexe

Une vieille histoire de Susie Morgensterm, images de Serge Bloch éditions Méssidor/la Farandole

Le long voyage de Lene et Pierre Bourgeat éditions Syros Alternative / Amnesty International


Pour les plus grands : récits et témoignages

Le voyage de Mémé de Gil ben Aych collection Pocket junior

Pépé la Boulange de Yvon Maufret Neuf en poche de l'Ecole des loisirs

Le garçon qui voulait devenir un être humain de Jorn Riel : Livre 1 le naufrage / livre 2 Leiv Narua et Apuluk / livre 3 et Solvi

Sur la tête de la chèvre et La grâce du désert de Aranka Siegal éditions Gallimard page blanche

Quand Hitler s'empara du lapin rose de Judith Kerr éditions l'Ecole des loisirs


Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:46



LES ATELIERS ET LES RENCONTRES

Le Théâtre du Signe propose plusieurs actions autour du spectacle
"L'ESCARGOT N'A PAS FROID AUX YEUX SURTOUT QUAND IL EST AMOUREUX"



Rencontre avec l'équipe de création à l’issue d’une représentation Cette rencontre est proposée à toutes les classes qui le souhaitent.


Ateliers danse

Rédaction, Lolita Espin-Anadon
Chorégraphe/danseuse

En parallèle à la création du spectacle « L’escargot n’a pas froid aux yeux, surtout quand il est amoureux" des ateliers réguliers de danse contemporaine sur les thèmes du spectacle :

Mémoire
Notre corps à une mémoire, la danse peut la visiter
Acquérir une conscience du corps dans l’espace
Explorer des chemins et des saveurs du mouvement
Ancrer une mémoire dansée au fur et à mesure des séances en créant une histoire de danse commune.


Origine
figure de la spirale, mouvement organique élémentaire.
La spirale permet d’acquérir les couples d’actions fondamentaux (ouvrir / fermer, inspirer / expirer, descendre / monter, s’éloigner / s’approcher…).

Alterité
S’initier à la danse en duo, aller vers l’autre, aborder le contact.


Ateliers musique - éviel musical


Rédaction : Sylvain Diamand
Musicien Intervenant
 
Formation
Musique classique de l’Inde du nord - Bansouri (flûte traversière traditionnelle) avec Harsh Wardhan
Percussions Africaines (répertoire Mandingue) avec Mamady Keïta - « La voix des Conteurs » Cie du Cercle, d’Abbi Patrix.

Coût
46 euros de l'heure et défraiements si nécessaire.

But premier d'offrir à l'enfant un espace d'expression dans lequel il pourra entrer en contact avec sa dimension créatrice.
 

Expérimenter la sensation musicale
c'est à dire un espace où l'enfant est invité à ressentir et à exprimer avec sa sensibilité propre. C'est une porte ouverte à l'expression de son imaginaire. Dans cet espace d'écoute, on partage, on s'invite à jouer à deux, à trois, en petit groupe ... et on invente de la musique ensemble. Ainsi se crée une forme de mémoire collective partagée, que l’on peut enrichir à tout moments.


Pas de compétition, car pas de critères de références.
Cette musique de l'instant répond à l'aspect subjectif du beau. Ce sont ceux qui la jouent et l'expérimentent au fur et à mesure qu'elle se déroule, qui en ont les clefs. Ici les imaginaires se rencontrent, celui des "joueurs", celui des "écoutants".

Un "instrumentarium"
Pour créer une bonne dynamique on utilise un "instrumentarium" qui possède une grande palette sonore : Carillon, Jeu de cloches, Balafon, Gong, Cymbale, Timbale, Bambou, Appeau, Calebasse, Tambour … autant de matières sonores nouvelles qu'il faut apprivoiser.

Un moment d'apprentissage
Apprendre à faire sonner ces instruments, avec les mains, avec des baguettes ; on frotte, on gratte, on percute ... La percussion n'est plus alors forcement synonyme de cycles ou de tempos, mais plutôt une recherche sur les climats musicaux, où le silence a sa place. Avec l’aide des instruments, on se raconte une petite histoire et on essaie de la faire deviner ... ou bien on ouvre ses oreilles vers l'intérieur et on s'essaie à l'improvisation ! On expérimente seul, à deux, en petits groupes ...
Apprentissage des nuances (forte, piano, crescendo, decrescendo, rapide, lent, répété ...) permettant progressivement d'affiner ses productions sonores, en donnant du relief à la musique. En associant ces nuances à un code gestuel, défini avec les enfants, on utilise le groupe comme un orchestre, chacun faisant l'expérience d'en être le "chef". On tentera avec ces codes, associés à ses choix d'instruments, de faire jouer la musique qui nous traverse sur le moment. Percussions africaines. Avec les plus grands, on pourra expérimenter un autre registre, et faire l'expérience des tambours et de la percussion Africaine. Ici c'est le jeu d'ensemble qui prime.
Expérimenter la pulsation, le rythme à l'unisson, la polyrythmie, le son d'ensemble et l'énergie qui s'en dégage. On joue fort, on joue vite, on ressent la musique dans le corps tout entier. L'atelier de percussion, c'est donc un lieu où on écoute, on ressent, on s'exprime, on acquiert un savoir et des techniques, sans oublier de s'amuser.



Ateliers d'écriture

Rédaction : Sylvie Robe

 Formation
Licence et maîtrise de lettres modernes, études théâtrales I - II - III Université de Caen. Khâgne

Durée
Plusieurs séances sont nécessaires pour mener à bien ce projet.
Idéalement : 5 séances d' 1h30.

Objectifs
 Permettre à chaque enfant la production de textes courts à partir de souvenirs personnels mais aussi d'un collectage familial. A partir de ces éléments, chaque enfant fabriquera son arbre à mémoire en prenant soin de ne pas oublier les "branches de l'oubli".
Tous ces arbres à mémoire pourront être présentés sous forme d'un recueil illustré : la forêt des souvenirs.


Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:24
L'ESCARGOT N'A PAS FROID AUX YEUX, SURTOUT QUAND IL EST AMOUREUX
Tournée 2006/2007


Mortagne 61,

Carré du Perche, Réservations : 02 33 29 69 13
            19 octobre 2006 10h / 14h


 La Hague, 50
Foyer rural d'Acqueville, Réservations 02 33 01 52 33
            30 novembre 2006 14h30 1er décembre 2006 14h30/20h


Alençon 61,
61 Scène Nationale, Réservations 02 33 29 69 13 
            11 décembre 2006 14h, 12 décembre 2006 10h / 14h, 13 décembre 2006 14h


Flers 61,

61 Forum Réservations 02 33 29 69 13
            14 décembre 2006 10h / 14h


Bernay 27
Théâtre Edith Piaf, Réservations 02 32 43 00 89
            22 mars 2007 14h30 /20h30, 23 mars 2007, 10h


Argentan 61,
Centre Culturel, Réservations 02 33 35 99 76 
            18 avril 2007 18h30, 19 avril 2007 10h/ 14h, 20 avril 2007 10h / 14h

Lisieux 14,

Théâtre  de Lisieux, Réservations 02 31 61 04 40

            23 octobre 2007 14h30/20h, 25 et 26 octobre 2007  10h /14h30   

Repost 0
Published by Marco - dans Tournées
commenter cet article