Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retrouvez-nous sur scène...

Juste de l'autre côté

Au festival de Rouen-Normandie du livre jeunesse

Les 2, 3 et 4 Décembre 2016

http://www.festival-livre-rouen.fr/

 

 

Recherche

Contacts

logotheatre

 

Studio de travail

15 bis rue Dumont d'Urville 14000 Caen

  

Email

theatre-du-signe@wanadoo.fr

 

Site

www.theatredusigne.com

 

Téléphone

06.23.43.97.07

 

Collaborateurs artistiques
Sylvie Robe
Marco Bataille-Testu

 

Diffusion

Hélène Ardit

06 13 06 10 91

 

Service civique communication

Adèle Maestrali

 

 

 

logoEdition

Collaborateur artistique
Sylvie Robe

 

Email

editions.faismoisigne@gmail.com

 

 

 

Facebook

www.facebook.com/pages/Association-du-signe/165355918371

 

 

11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:49



BIBLIOGRAPHIE DE L'ESCARGOT



Pour les plus petits : albums illustrés

Croissant de lune de Wolf Fried éditions Nord Sud 92

Deux gouttes d'eau salée de Rémi Courgeon éditions Mango jeunesse

Dans les yeux d'Henriette de Virginie Jamin les albums Duculot

Grand-Père de Gilles Rapaport les albums Circonflexe

Une vieille histoire de Susie Morgensterm, images de Serge Bloch éditions Méssidor/la Farandole

Le long voyage de Lene et Pierre Bourgeat éditions Syros Alternative / Amnesty International


Pour les plus grands : récits et témoignages

Le voyage de Mémé de Gil ben Aych collection Pocket junior

Pépé la Boulange de Yvon Maufret Neuf en poche de l'Ecole des loisirs

Le garçon qui voulait devenir un être humain de Jorn Riel : Livre 1 le naufrage / livre 2 Leiv Narua et Apuluk / livre 3 et Solvi

Sur la tête de la chèvre et La grâce du désert de Aranka Siegal éditions Gallimard page blanche

Quand Hitler s'empara du lapin rose de Judith Kerr éditions l'Ecole des loisirs


Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:46



LES ATELIERS ET LES RENCONTRES

Le Théâtre du Signe propose plusieurs actions autour du spectacle
"L'ESCARGOT N'A PAS FROID AUX YEUX SURTOUT QUAND IL EST AMOUREUX"



Rencontre avec l'équipe de création à l’issue d’une représentation Cette rencontre est proposée à toutes les classes qui le souhaitent.


Ateliers danse

Rédaction, Lolita Espin-Anadon
Chorégraphe/danseuse

En parallèle à la création du spectacle « L’escargot n’a pas froid aux yeux, surtout quand il est amoureux" des ateliers réguliers de danse contemporaine sur les thèmes du spectacle :

Mémoire
Notre corps à une mémoire, la danse peut la visiter
Acquérir une conscience du corps dans l’espace
Explorer des chemins et des saveurs du mouvement
Ancrer une mémoire dansée au fur et à mesure des séances en créant une histoire de danse commune.


Origine
figure de la spirale, mouvement organique élémentaire.
La spirale permet d’acquérir les couples d’actions fondamentaux (ouvrir / fermer, inspirer / expirer, descendre / monter, s’éloigner / s’approcher…).

Alterité
S’initier à la danse en duo, aller vers l’autre, aborder le contact.


Ateliers musique - éviel musical


Rédaction : Sylvain Diamand
Musicien Intervenant
 
Formation
Musique classique de l’Inde du nord - Bansouri (flûte traversière traditionnelle) avec Harsh Wardhan
Percussions Africaines (répertoire Mandingue) avec Mamady Keïta - « La voix des Conteurs » Cie du Cercle, d’Abbi Patrix.

Coût
46 euros de l'heure et défraiements si nécessaire.

But premier d'offrir à l'enfant un espace d'expression dans lequel il pourra entrer en contact avec sa dimension créatrice.
 

Expérimenter la sensation musicale
c'est à dire un espace où l'enfant est invité à ressentir et à exprimer avec sa sensibilité propre. C'est une porte ouverte à l'expression de son imaginaire. Dans cet espace d'écoute, on partage, on s'invite à jouer à deux, à trois, en petit groupe ... et on invente de la musique ensemble. Ainsi se crée une forme de mémoire collective partagée, que l’on peut enrichir à tout moments.


Pas de compétition, car pas de critères de références.
Cette musique de l'instant répond à l'aspect subjectif du beau. Ce sont ceux qui la jouent et l'expérimentent au fur et à mesure qu'elle se déroule, qui en ont les clefs. Ici les imaginaires se rencontrent, celui des "joueurs", celui des "écoutants".

Un "instrumentarium"
Pour créer une bonne dynamique on utilise un "instrumentarium" qui possède une grande palette sonore : Carillon, Jeu de cloches, Balafon, Gong, Cymbale, Timbale, Bambou, Appeau, Calebasse, Tambour … autant de matières sonores nouvelles qu'il faut apprivoiser.

Un moment d'apprentissage
Apprendre à faire sonner ces instruments, avec les mains, avec des baguettes ; on frotte, on gratte, on percute ... La percussion n'est plus alors forcement synonyme de cycles ou de tempos, mais plutôt une recherche sur les climats musicaux, où le silence a sa place. Avec l’aide des instruments, on se raconte une petite histoire et on essaie de la faire deviner ... ou bien on ouvre ses oreilles vers l'intérieur et on s'essaie à l'improvisation ! On expérimente seul, à deux, en petits groupes ...
Apprentissage des nuances (forte, piano, crescendo, decrescendo, rapide, lent, répété ...) permettant progressivement d'affiner ses productions sonores, en donnant du relief à la musique. En associant ces nuances à un code gestuel, défini avec les enfants, on utilise le groupe comme un orchestre, chacun faisant l'expérience d'en être le "chef". On tentera avec ces codes, associés à ses choix d'instruments, de faire jouer la musique qui nous traverse sur le moment. Percussions africaines. Avec les plus grands, on pourra expérimenter un autre registre, et faire l'expérience des tambours et de la percussion Africaine. Ici c'est le jeu d'ensemble qui prime.
Expérimenter la pulsation, le rythme à l'unisson, la polyrythmie, le son d'ensemble et l'énergie qui s'en dégage. On joue fort, on joue vite, on ressent la musique dans le corps tout entier. L'atelier de percussion, c'est donc un lieu où on écoute, on ressent, on s'exprime, on acquiert un savoir et des techniques, sans oublier de s'amuser.



Ateliers d'écriture

Rédaction : Sylvie Robe

 Formation
Licence et maîtrise de lettres modernes, études théâtrales I - II - III Université de Caen. Khâgne

Durée
Plusieurs séances sont nécessaires pour mener à bien ce projet.
Idéalement : 5 séances d' 1h30.

Objectifs
 Permettre à chaque enfant la production de textes courts à partir de souvenirs personnels mais aussi d'un collectage familial. A partir de ces éléments, chaque enfant fabriquera son arbre à mémoire en prenant soin de ne pas oublier les "branches de l'oubli".
Tous ces arbres à mémoire pourront être présentés sous forme d'un recueil illustré : la forêt des souvenirs.


Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 16:11


QUELQUES PROPOSITIONS ET PISTES POUR ACCOMPAGNER LE SPECTACLE



Une liste des mots-clés du spectacle
Mémoire - Oubli - souvenirs
 exil- voyage - taliman -secrêt
escargot -musique
On peut chercher les familles de ses mots, ceux qui vont ensemble, ceux qui s'opposent On peut chercher les expressions qu'on utilise quand on oublie par exemple perdre la boule...

On peut inventer une histoire dans laquelle au moins 5 de ces mots apparaissent On peut dessiner cette histoire.

On peut chercher une musique qui irait bien avec cette histoire On lira ensuite le monologue de l'Oublieux (joint à ce dossier).


Les animaux
L'escargot, la limace, le papillon

Quelles sont leurs particularités ?
Ou vivent-ils ?
A quelles familles appartiennent-ils? 
A quoi font-ils penser ?
Sont-ils plutôt sympathiques, attirants, répugnants ?


Inventer une histoire avec ses animaux comme personnages
Partir d'une phrase du spectacle : Avant les escargots, on était.... Et imaginer la suite.

Dans le spectacle, l'un des personnages, une petite fille raconte une histoire. Elle dit qu'elle a un ami, qui s'appelle minuit. On peut lire le texte l'ami de minuit.(joint à ce dossier) Il s'agit de ce qu'on appelle une personnification. Donner le statut de personne à une chose ou à une idée. On peut alors essayer d'écrire une histoire en personnifiant une chose ou une idée de son choix

Dans le spectacle, un autre personnage, une vieille femme, raconte aussi une histoire, la sienne, qui commence ainsi : Longtemps on a marché, bien des jours, des nuits, à la belle étoile. Qu'évoque cette phrase, à quoi fait-elle penser ?


 Réfléchir à la signification des mots
Exil, errance, exilé Les enfants ont-ils déjà entendu ces mots, quelles situations expriment-ils ?


La spirale

On peut chercher ce qui fait penser à une spirale et s'interroger sur ce que cette forme peut signifier.La coquille de l'escargot, c'est une spirale. Cette spirale nous a beaucoup inspiré dans notre travail. Le mouvement de la spirale a été travaillé par la danseuse, la valeur symbolique de la spirale, nous la retrouvons dans ce qui nous entoure en architecture, sculpture, dans les objets du quotidien, avec les nautiles et les ammonites, en météorologie avec la tornade, même dans ce qui nous constitue avec l'ADN par exemple, avec nos empreintes digitales. Nous vivons à l'intérieur d'une galaxie spirale géante : la voie lactée. En mathématique, on parle de la spirale d'or et de la spirale d'Archimède.



Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 15:51

NOTRE PROCESSUS DE TRAVAIL


 Comment le spectacle est-il né ?


Notre point de départ : Partir non d'un texte et d'images initialement créés mais bien plutôt d'un "bric-à-brac"…

Dans la ligne de travail du théâtre du signe, nous avons mis en place une recherche collective alliant théâtre, musique, images et objets en mouvements.







Nous avons voulu élaborer un spectacle en composant, façonnant, structurant, interrogeant les différents modes d'expressions plastiques et sonores, en les imbriquant, en les confrontant à nos questions de départ.
Ces questions apparemment abstraites, mais qui s'éprouvent, se perçoivent, se vivent, comment peuvent-elles être traitées de manière poétique, concrète ou métaphorique ?

Nous avons voulu créer un espace qui, malgré les questions abordées, l’origine, la mémoire, l’autre, reste un terrain de jeux et de rencontres entre toutes et tous, spectateurs, acteurs avec humour, tendresse et rêverie. Chacun prend la parole par le biais de son art et peu à peu, les personnages émergent du magma des souvenirs et rêveries.

Écouter, voir, rêver et cristalliser ces êtres afin que nous,
 petits et grands, puissions les rencontrer.
Ici est l’essentiel de mon travail.

Ainsi est apparue la Petite fille. Toujours joyeuse, apparemment insouciante, elle n’a pas de parents, ne sait d’où elle vient, mais découvre tout sans retenue. Elle est accompagnée de son petit frère de chiffon inventé, fabriqué et rêvé. Elle a été recueillie par cet homme rigolo l’Oublieux ( tu parles d’un nom), qui ne se souvient que de sa musique.

L’oublieux lui a perdu sa mémoire au fil du temps, son esprit fantasque navigue au gré des évènements et des rencontres. Il ne sait plus d’où il vient, pourquoi il est là. Sauf qu’il doit être là, la musique le lui rappelle. Il doit amener la petite fille ici pour un rendez-vous. Mais avec qui, pourquoi ?

C’est la Vieille femme qui détient toutes les clés. Elle, elle se souvient, de cette petite fille abandonnée ici et qui n’a pas pu faire le grand voyage avec toute la famille. Elle se souvient de ce drôle de bonhomme, l'Oublieux. La Vieille femme espère revoir la petite fille pour lui transmettre l’histoire de sa famille, le talisman. »


                                                                           Marco BATAILLE-TESTU, metteur en scène
Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 15:50


C'EST L'HISTOIRE......





"Au tout début, l'histoire, c'est celle de la Petite et de l'Oublieux. Ils avancent en traînant une charrette brinquebalante remplie d'un fatras de machines. Ils cherchent un lieu pour leur campement provisoire. L'Oublieux, c'est un drôle de bonhomme. Il va son chemin dans l'instant. Il ne sait plus trop ni quoi ni quand, sa mémoire lui joue des tours, mais il veille sur la Petite à sa manière. La Petite, elle ne sait pas d'où elle vient, sûrement elle aussi a une histoire mais elle ne la connaît pas, alors elle s'invente un petit frère, ça lui fait un petit bout de famille Et voilà que leur route croise celle de la Vieille. Elle revient d'un exil qui a duré très longtemps. La Vieille, elle fait un peu peur avec ses sacs, ses secrets et ses gestes bizarres. Elle a vraiment l'air d'une sorcière. C'est à ce moment là précisément que le spectacle commence, juste avant que la rencontre n'ait lieu, juste avant le... Mais chut ! C'est une histoire qui ne se raconte pas comme ça. C'est une histoire à voir et à entendre sur un plateau de théâtre. »



                                                                                                                Sylvie ROBE, auteur du texte



Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 15:48

L'escargot n'a pas froid aux yeux surtout quand il est amoureux



Nous sommes partis des questions de l'origine, de la mémoire

Ces questions s'inscrivent fréquemment dans les domaines de recherche philosophiques et psychanalytiques, elles sont inhérentes à notre condition d'être humain (le temps et l'identité) et c'est à partir d'elles que nous nous construisons au fil du temps qui nous est imparti…




 Au commencement du tout début, avant l'avant des premiers temps, c'était quoi? • Ne pas connaître son histoire, d'où l'on vient, cela pose quelles difficultés? • L'identité, ça veut dire quoi ? • L'autre, qui est-il ? Quand il n'est plus là, où est-il ? • Les choses invisibles existent-elles ? • Où va ce qui est passé ? • Les histoires qu'on se raconte, à quoi servent-elles? • Se souvenir, oublier, retrouver, perdre la mémoire, qu'est ce que cela signifie?
Repost 0